ATHENA21.ORG

Géopolitique et développement durable

logo athena

conflict and environmenta observatoryUne étude commandée par la Gauche unitaire européenne (GUE) met en lumière que le secteur militaire est l’angle mort du Pacte Vert. Il reste l’un des secteurs les plus énergivores.
Selon cette étude qui a été menée avec l’expertise du CEOBS, il a été constaté que la France contribue à environ un tiers de l'empreinte carbone totale des armées de l'U.E., mais les chercheurs n’ont pas été en mesure de trouver des données spécifiques pour les forces armées de la Pologne. Seules l’Allemagne, la Slovaquie et Chypre fournissent des données qui semblent complètes. Par ailleurs, une importante proportion du secteur militaro-industriel (qui représente 2/3 du total des émissions) ne déclare pas publiquement ses émissions. Il existe par ailleurs “peu de signes que les émissions combinées des militaires, de l’industrie et des chaînes d’approvisionnement ont été étudiées”. Et pour cause. Comme le relève le Conflict and Environment Observatory ou CEOBS : ‘Une proportion importante de l'industrie de la technologie militaire ne déclare pas publiquement les données relatives aux émissions de GES. En outre, peu d'éléments indiquent que les émissions de GES combinées de l'armée, de l'industrie de la technologie militaire et de leurs chaînes d'approvisionnement ont été examinées dans les différents pays de l'UE ou dans l'UE dans son ensemble’.
French AirbusA400M Atlas 960Selon Olivier le Bussy du quotidien bruxellois ‘La Libre Belgique’ du 23 février 2021 ‘L’argument de la sécurité nationale a bon dos’. Pour la députée espagnole Idoia Villanueva (GUE/ Podemos), cet argument "ne peut plus servir de prétexte pour cacher des données sur l'impact de l’industrie militaire sur l’environnement”.

Un effort mal partagé

Le secteur militaire participe-t-il comme il se doit à “l’effort de guerre climatique” (expression attribuée à Nicolas Hulot ) ? Il ne figure pas dans la liste des secteurs repris dans le EU Report Mechanism Regulation, qui rassemble les chiffres nationaux d’émissions pour permettre à l’UE de donner ses chiffres à l’ONU en tant qu’entité unique. Il n’est pas non plus repris dans la législation sur le partage de l’effort qui fixe les objectifs de réduction de gaz à effet de serre (GES) des États membres incluant les secteurs non couverts par le système ETS d’échange de quotas, tels que l’agriculture, la construction, les déchets et les transports. Les auteurs de l’étude le déplorent, soulignant que cela pourrait avoir un impact sur les infrastructures, les équipements et les opérations militaires. En effet, les exigences européennes en matière d’efficacité pour les produits, les services et les bâtiments ne s’appliquent pas automatiquement aux contrats passés par les États pour les forces armées.
event Image MILITARY 1000x523La question climatique échappe-t-elle complètement au radar du politique et de la défense? Le Service Européen d’Action Extérieure a récemment établi une feuille de route Climat et défense. L’Otan tout comme l’Agence européenne de Défense mettent l’accent sur l’efficacité énergétique, pointant qu’une trop grande dépendance énergétique est source de vulnérabilité. Il manque toutefois la définition d’objectifs de réduction pour le secteur militaire, tant en matière de réduction d’émissions que d’utilisation des énergies renouvelables.

B.C.