ATHENA21.ORG

Géopolitique et développement durable

logo athena

Polémologie / Irénologie


Il faudrait laisser l'atome aux nations sages,
comme ces deux grandes puissances que sont les Etats-Unis et l'U.R.S.S.,
qui nous ont déjà montré, au Vietnam, au Chili, à Saint-Domingue,
à Prague, à Budapest et ailleurs,
qu'elles savaient se passer de l'armement nucléaire
Bernard Chapuis

arsenaux-2013Jusqu'à nouvel ordre, nouvel ordre mondial compris, ce sont les armes nucléaires, avec les vecteurs appropriés, missiles ou sous-marins - et non les armes chimiques et biologiques - qui déterminent la hiérarchie des Etats sur l'échiquier international. C'est probablement pourquoi les accords internationaux d'armement nucléaire se font si rares et pourquoi les négociations sur la prolifération piétinent. Les armes nucléaires ne sont pas seulement les plus difficiles mettre hors d'état d'alerte, à démanteler, détruire, mettre hors d'état de nuire. Leur élimination n'est pas prévue au programme de la diplomatie atomique, et toutes les contorsions pour désarmer visent, paradoxalement, à leur garantir une survie.

L'interdiction des essais: un pacte avec le diable

Si l'on a arrêté les essais atmosphériques, ce n'est pas pour des raisons d'ordre écologique, mais parce qu'on s'est rendu compte que les essais n'étaient pas très efficaces d'un point de vue militaire. En effet, une explosion à 100 ou 400 km d'altitude, - même avec une bombe ne dépassant pas la mégatonne - provoquerait la destruction de pratiquement la totalité des satellites, y compris militaires, paralyserait plus de la moitié des systèmes électriques et électroniques pendant plusieurs jours sur la moitié de la planète, et perturberait une grande partie du trafic aéronautique civil, pour ne pas parler du 'crash' de certains avions, dont les calculateurs seraient incapables de supporter une telle impulsion.
Connu sous son sigle anglo-saxon, le CTBT est censé couvrir tous les essais, qu'ils soient atmosphériques ou souterrains. Ce Traité a fait l'objet de décennies de discussions et tractations et les négociateurs ont dû concilier l'inconciliable : satisfaire à la fois les intérêts des hommes politiques, les exigences des pro-nucléaires qui privilégient les atouts de leurs laboratoires, les condamnations des opinions publiques, les conseils de la communauté scientifique. Si le CTBT n'est toujours pas entré en vigueur, ce n'est pas seulement à cause du blocage du Sénat américain ou du groupe de pression des laboratoires comme Los Alamos. Il ne pourra l'être qu'à la condition expresse que 44 Etats - dont l'Inde qui s'y refuse - s'accordent pour le ratifier. En ce sens, le CTBT risque, lui aussi, de rejoindre le catalogue des pactes de bonne intention.

Lire la suite : Les bluffs de la diplomatie atomique


scientifiquePendant plus de quatre décennies, de 1946 à 1988, la pacifique Confédération helvétique a  obstinément tenté de se doter de l'arme nucléaire. Une étonnante histoire, plein d'agents secrets et de militaires mégalomanes.
Le 5 novembre 1945, trois mois à peine après les bombardements américains qui ont frappé à mort Hiroshima et Nagasaki, le Département militaire fédéral qui s'intitule depuis 1998 le 'Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports' (l'équivalent de ministère français de la défense) crée la Commission atomique suisse. Par une directive secrète du 5 février 1946, elle est chargée de mettre au point une bombe ou 'd'autres moyens militaires basés sur le principe de l'arme atomique'. La Commission est présidée par Paul Scherrer, directeur de l'institut de physique de Polytechnique de Zürich. Ce scientifique s'est taillé une belle renommée en construisant, dans les années 30, un 'cyclotron', c'est-à-dire un accélérateur de particules particulièrement adapté.
Dans la plus pure tradition des Etats tentés par l'aventure nucléaire, les parlementaires à Berne ne seront pas consultés et tant pis pour la concertation, la transparence et la démocratie ! Le 8 juin 1946, le Conseil fédéral débloque un premier crédit de 500.000 francs suisses. A cette époque, la Tchécoslovaquie semble disposée à vendre 9 tonnes d'uranium à la Suisse ...Dix ans plus tard, la question de la bombe est ouvertement posée. La guerre froide va servir d'accélérateur, et les évènements de Budapest (1) vont provoquer le sursaut dans tout le pays, en tout cas dans les cercles dirigeants. Le plus haut responsable de l'armée, le vaudois Paul Chaudet déclare le 23 novembre 1957 : 'l'introduction de l'arme atomique se heurte à des difficultés d'ordre politique, mais rien ne dit qu'au rythme où nous marchons, une telle arme ne puisse être prise en considération dans un délai relativement bref'.

Consensus populaire

Lire la suite : L'histoire secrète de la bombe atomique suisse

84769 hiroshimaLe 6 août 1945, une bombe de la taille d’un ballon de football réduisait en cendres la ville d’Hiroshima. Trois jours plus tard, une seconde bombe frappait Nagasaki. Le 8 août, Albert Camus écrivait dans son éditorial de 'Combat', le monde est ce qu’il est, c’est-à-dire peu de chose. C’est ce que chacun sait depuis hier. En 2016, le Général Bentégeat, ancien chef d’Etat-Major des Armées, ne semblait pas dire autre chose lorsqu’il affirmait que la mémoire d’Hiroshima est claire pour tout le monde. Ce jugement semble toutefois prématuré dans la mesure où personne n’avait posé la question. Soixante quatorze ans et plus de deux mille explosions atomiques après Hiroshima, que sait-on exactement ?

Connaissance du passé

Cette question est essentielle pour au moins trois raisons. D’abord, la France s’engage dans la modernisation de son arsenal nucléaire qui enclenche des processus industriels sur plusieurs générations. Face à des choix de cette ampleur, une connaissance des leçons du passé est cruciale. Ensuite, des obstacles à la diffusion de la connaissance sur le sujet sont apparus dans les dernières années : une loi votée en 2008 limite considérablement l’accès aux archives et autorise leur classification à perpétuité ; le discours expert français sur la question perpétue des illusions de contrôle et de connaissance. Plus encore, il incorpore les catégories du discours officiel de sorte qu’il se rend incapable d’évaluer les politiques menées et de réfléchir à ce qui définit le champ des possibles. Enfin, le niveau de connaissance et les attitudes des citoyens sont importants parce que leur consentement tacite est supposé à de multiples niveaux : en tant que contribuables financeurs de l’arsenal, victimes potentielles d’une frappe délibérée ou accidentelle ou encore d’un accident dans l’arsenal français et soutiens tacites à une frappe éventuelle s’ils sont citoyens français. Pour que le consentement citoyen supposé soit valide, il doit être informé.
En juin 2018, nous avons donc interrogé un échantillon représentatif de plus de 7000 citoyens âgés de 18 à 50 ans dans neuf Etats européens : ceux qui possèdent des armes nucléaires (France et Royaume-Uni), en hébergent sur leur sol (Allemagne, Belgique, Pays-Bas, Italie, Turquie), ou ont pris des positions fortes en la matière ou sur la question de la défense anti-missile (Suède, Pologne).

Les Européens et les armes nucléaires

DOME HIROSHIMALa surprise majeure de cette enquête concerne la méconnaissance significative des sondés en France, dans l’absolu et par comparaison à leurs homologues en Europe et en particulier au Royaume-Uni.
Seuls 47 % des sondés en France répondent qu’Hiroshima et Nagasaki étaient les deux seules villes bombardées avec des armes nucléaires au cours de la Seconde guerre mondiale (10 % de moins qu’au Royaume-Uni et que la moyenne des sondés dans les neuf pays). 19 % disent ne pas savoir (3 % de plus qu’au Royaume-Uni et 6,5 % de plus que la moyenne).

Lire la suite : Les ombres d’Hiroshima et Nagasaki

gilets jaunes fi15698942x990M. Macron et son gouvernement n’hésitent pas à utiliser des armes mutilantes, grenades et recourir aux Lanceurs de Balles de Défense (LBD), contre leurs concitoyens. Nous avons pourtant tous le droit de vivre et dignement. Et M. Macron, alias Jupiter, depuis son PC  du même nom, a-t-il le droit de nous priver de nos droits ? Dont celui de manifester ? Semaine après semaine, il cherche à mater les Gilets jaunes, mater un peuple exaspéré, et se maintenir au pouvoir à n’importe quel prix. Par la ruse – roublardises, séances de séduction dont le ‘Grand débat national’ – ou par la force. Avec ou sans Benalla, tous les coups sont permis. Malgré les protestations qui s’élèvent, y compris dans les rangs des gardiens de la paix, malgré l’avis du défenseur des droits, la Haut-Commissaire des droits de l’homme de l’ONU, Macron entend conserver ces armes qui ne sont pourtant pas des instruments de maintien de l’ordre (…). Il entend en user en toute impunité....Comme de la bombe atomique ? 

PRESIDENT et la BOMBEmunitions bure 15082017C’est peut-être la bombe qui conforte l’arrogance naturelle du président Macron. Elle lui donne un sentiment d’impunité et de supériorité sur tous ses concitoyens. A juste titre ? En tout cas, un seul Français peut s'arroger le droit de menacer de pulvériser des millions d’êtres humains sans avoir à rendre de compte à personne : Macron lui-même. S’il dispose de ce droit exclusif, de ce privilège exorbitant, pourquoi se priverait-il du droit de mutiler à vie quelques dizaines de ‘misérables’ manifestants qui osent traverser la rue pour contester sa toute-puissance ? C'est ce qui fait dire au représentant de l'association ACDN Jean-Marie Matagne, 'Finissons-en donc avec la terreur atomique et nous en finirons avec les grenades mutilantes. Ce sera un changement de logiciel’.

Lire la suite : Des armes atomiques aux LBD

AFRICA puissances CopieLe drame de l’Afrique, c’est que l’homme africain n’est pas assez entré dans l’Histoire’ (sic).
Au-delà des interventions militaires (une cinquantaine) et des ‘crimes géopolitiques’  qu’aucune Cour Internationale de Justice n’a reconnus à ce jour, la France s’est efforcée de bétonner sa présence.

 

Dans un ouvrage de 1951 consacré aux ressources minières du temps des colonies, on pouvait lire : ‘Dans notre monde moderne, où les limites de notre planète semblent se rétrécir de plus en plus, il n’est plus possible que certaines régions restent vierges et que des matières premières, minières ou autres, continuent à dormir, alors qu’elles pourraient améliorer le sort de tout le monde, sous prétexte que leur exploitation bouleverserait le mode de vie de ceux qui ont la chance de vivre où elles se trouvent. Aujourd’hui, le monde entier forme un tout, il faut évoluer qu’on le veuille ou non. Si des peuples, demeurés arriérés, ne peuvent ou ne veulent s’occuper de leur mise en valeur, d’autres peuples plus entreprenants viendront le faire à leur place de gré ou de force (cf. Jacques et Jean-Pierre Lenormand, ‘L’Or et le diamant en France métropolitaine et dans l’Union française’, SEF, 1951, p. 167, cité dans l’ouvrage de Gilles Labarthe, L’or africain. Pillages, trafics & commerce international, édition Agone, collection Dossiers noirs, Lyon, 2007).

francophonieDans le cadre des concessions en faveur des États nouvellement indépendants, la France a tenté de faire l’équivalent du deal scellé par Roosevelt avec l’Arabie saoudite en 1945, un deal comprenant une garantie de sécurité en échange de l’exploitation de ses richesses pétrolières. Les accords formalisés à l’heure des indépendances (1961) ne laissent pas de doute : la France est prioritaire dans l’acquisition de ces matières premières classées comme stratégiques, tandis que leur exportation vers d’autres pays peut être limitée ou interdite si les intérêts de défense l’exigent
Dans les clauses secrètes, il était stipulé que les régimes signataires seront protégés par rapport à des menaces intérieures en échange d’un droit d’approvisionnement préférentiel pour la France concernant les matières stratégiques.

Lire la suite : Les ressorts de la Françafrique